- Quelle est… navy ma prairie!

prairies8.jpg
Pour celles, nombreuses, qui ne sont pas encore parties se faire dorer la pilule et préfèrent attendre septembre et pour celles qui, comme moi, ne résistent JAMAIS à leur marque préférée, il y a depuis quelques jours une vente Les Prairies de Paris plutôt « beachwear » sur Chic Dressing.
J’ai complètement craqué sur la robe débardeur navy qui m’était passée sous le nez pendant les soldes (49€ au lieu de 70), je la vois déjà portée façon rentrée des classes avec les fameux leggings en laine (butée, moi?), ma paire de Camarguaises, une petite veste en jean ou une chemise à carreaux pour réchauffer les épaules et c’est parfait!
prairies7.jpg

Pareil pour le débardeur, toujours d’actualité sous les chemises tartan ou blazer, rien ne me fait peur, pourquoi ne les porter qu’en été? (39€ au lieu de 55)
Pour celles qui partent dans les jours qui viennent ou les prévoyantes qui pensent bien se claquer un petit « all inclusive » sur une île dans l’année, il y a de la sandale plate, du bikini mignonissime et même de la serviette de plage, siglée PP s’il vous plaît.
prairies3.jpg
prairies2.jpg
prairies1.jpg

prairies6.jpg

Livraison en 48h chrono pour être sûre de recevoir, dans les temps, son maillot, presque aussi bien que Jack Bauer, qui dit mieux?
Moi, j’enfonce le clou et annonce un petit code de réduction « punkyb1″ pour ne même pas payer les frais de port.
Elle est pas belle la vie?
Pour les quelques poulettes qui ne sont pas encore inscrites sur le site, un email à votre Punky et je vous parraine dans la foulée.
Pour celles qui sont plutôt fourmi que cigale et se contrefichent de se faire un look Prairies de Paris pour un hypothétique voyage à venir, j’ai du billet mode qui va être publié dans la foulée…
Et oui, 2 articles dans la même journée, y’a pas de répit pour votre Punky b!

- Emilie, my own little fairy

dress4.jpg
dress5.jpg

 

Je ne vais pas en faire des tonnes, juste vous dire en deux mots comment j’ai pu mettre la main sur la robe qui me fait fantasmer depuis de si longs mois.

 

Une de mes adorables lectrices, Emilie, tient une boutique à Montpellier.

 

Il y a quelques jours, suite à mon article sur Standard Deviation dans lequel je pleurais la jolie robe qui m’était passée sous le nez, elle m’envoie un email pour me dire qu’elle solde sa fin de stock Heimstone…

 

La suite, vous l’imaginez sans peine.

 

dress3.jpg
dress2.jpg

 

Elle est exactement comme je l’imaginais, parfaite en tous points.

 

 

Elle est tellement belle que je ne veux surtout pas lui ajouter quelque accessoire que ce soit.

 

« Less is more » est plus que jamais d’actualité.

 

 

Pour l’instant, c’est bien avec mes vieilles Camarguaises qu’elle me plaît le plus!

 

Quand je vous disais que j’allais les porter à toutes les sauces, même les plus raffinées!

 

 

PS: Un petit conseil pour les fans d’HEIMSTONE, surveillez mon vide-dressing, il pourrait vous réserver une excellente surprise… Je vous tiens informées…

 

- Love boots

camarguaises1.jpg
camarguaises2.jpg
Si il y a bien un type de boots que je traque sans relâche depuis des années, c’est bien notre bonne vieille Camarguaise.
Elle est pour moi la quintessence du cool.
Pas spécialement féminine sans être une botte d’homme pour autant, juste basique ce qu ‘il faut tout en ayant des caractéristiques bien à elle: sa forme arrondie, sa hauteur mi-mollet, son talon en bois large et d’un confort absolu, son côté Far West sans la « violence » du design de certaines Santiags.
Bref, le confort de la charentaise qu’on aurait mixé à une paire de boots tout terrain, esthétiquement plus que sympathique.
Vous l’aurez compris, la Camarguaise, j’aime et ça ne date pas d’hier.

Et pourtant, je n’avais jusque là jamais trouvé boots à mon pied.
Il y avait toujours un détail voire plusieurs qui clochaient: trop étroites pour mes mollets de campeur, aspect trop cheap, bout plus carré que franchement arrondi, cuir trop rigide…
En clair, la Camarguaise, c’était un peu mon Arlésienne à moi.
Jusqu’à mon passage chez Absolute Vintage, fameuse friperie de Brick Lane, lors de mon séjour londonien.
Je vous plante rapidement le décor: c’est mon dernier jour sur place, je suis malade de chez « j’ai plus d’estomac », une nausée permanente, la tête qui tourne, bref, les conditions IDÉALES sont réunies pour aller dans les friperies où l’odeur est déjà difficilement supportable en n’ayant pas le coeur au bord des lèvres.
Et pourtant, telle une warrior, j’entre tout de même dans une des plus belles antres de la chaussure vintage et au bout de quelques (looooongues) minutes à me traîner de rayons en rayons, je baisse le nez et vomis tombe sur LA paire de camarguaises tant recherchée depuis des years et des années.
Elles sont à ma taille (la vraie, pas celle qui nous fait dire « c’est bon, elles vont m’aller avec une semelle et 42 kgs de coton au bout de chaque pied), ont la bonne forme, une couleur marron/taupe tout à fait à mon goût, un prix loin d’être prohibitif (30£) et un état impeccable, juste burinées comme il faut sans être défoncées.
Je n’ai envie que d’une chose, les mettre à toutes les sauces!
Je ne vois pas grand pièce de mon dressing qui va y couper, à la Camarguaise!
camarguaises3.jpg
camarguaises6.jpg
Gilet et jean Zara, tee shirt H&M Trend, Camarguaises Absolute Vintage, collier Tatty Devine

C’est le retour en force des motardes?
Tant pis pour moi, je serai out avec mes boots de Camargue.
Quoi que, la Camarguaise et la chemise à carreaux, ça devrait plutôt bien fonctionner comme duo!
La suite au prochain numéro.
PS: Oui, parfaitement je mets les pieds sur les murs, c’est mon côté Spider cochon!

Plus de photos sur Modepass