- Stripes, stripes, stripes.

 

Pour mon 400ème billet, j’ai décidé de tout vous avouer.

 

Je plaide coupable sur toute la ligne ou plutôt toutes LES lignes.

 

Je suis RAYUREophile.

 

Je porte de la rayure horizontale minimum un jour sur deux.

Minimum oui, car je me FORCE à ne pas en porter chaque jour que Dieu fait.

Oui, Dieu, aujourd’hui c’est Vendredi Saint, c’est mon petit hommage religieux à moi (n’importe quoi!)

 

La rayure façon matelot sert de base à nombre de mes looks, je ne peux pas me l’expliquer j’ai toujours porté du rayé, aussi loin que je m’en souvienne.

 

En voilà pour preuve une photo assez mythique de moi à 2 ans, déjà parée de mes rayures adorées, une coupe « bolée », un collier de perles porté taille ultra haute voire sous les aisselles, ne cherchons pas, je créais déjà…

 

 

 

Ce qui est certain c’est que je trouve les rayures intemporelles, chic et décontractées, classiques tout en restant branchées.

 

En bref et pour illustrer mon propos, quelques looks simples, portables, presque « bateaux ».

 

 

 

 

De la jupe vintage détournée en top ceinturé, du jean soit « jupé » soit « slimé », un peu de violet, du perfecto, du fauve, du peep toe, tous mes ingrédients fétiches cohabitent plutôt bien, dans un joyeux méli-mélo.

 

Je vous laisse, j’ai du look à photographier, vous ne pourrez pas dire que vous n’êtes pas gâtés pour Pâques cette année. 

 

- Simplicity

 

Mon amour pour le basique a 2 conséquences.

 

La première: une bonne excuse pour excercer mon trait de caractère le mieux développé: la paresse.

En effet, j’attrape un tee shirt, un jean, une paire de chaussures et mon « look » est fait. 

« Look » ou plutôt « tenue » car le mot « look » induit une connotation « travaillée » ce qui, en général, est loin d’être le cas ces jours là.

 

La seconde conséquence de mon amour du basique entraîne, elle, un vrai travail ou au minimum une recherche.
 

Parfois, un basique tout bête, simplissime, me donne envie de le bousculer, de le faire exister en tant que pièce vraiment remarquable ou au moins remarquée.

 

Le détournement de basique, si léger soit-il, me plaît follement. 

 

L’idée sur laquelle je me repose?

Rester dans le « très simple », pour ne pas complètement dénaturer le basique et le faire devenir transparent voire inexistant, ce qui n’aurait plus aucun intérêt.

 

Pour cela, je tente de lui ajouter le strict minimum d’accessoires, mais en trouvant ceux qui vont réussir à twister le basique pour le rendre désirable, à mes yeux tout du moins.

 

Ma dernière tentative en date a été réalisée suite à la réception de ma commande American Vintage il y a quelques jours.

 

Dans mon colis, 3 pièces, basiquissimes à souhait, du American Vintage en somme… 

 

L’une d’elles était destinée à faire office de « fond de robe ».

 

Testée sous plusieurs de mes robettes et liquettes transparentes, c’est effectivement parfait.

 

Mais elle me plaît, à moi, cette petite. J’ai envie de la montrer.

 

Je décide de lui ajouter une petite ceinture molle et fine en cuir fauve, une paire de collants opaques noirs (je suis une adepte du mélange si longtemps soit-disant interdit navy/noir), une paire de sandales à petits plateaux en bois et une pochette vintage.

 

 
 
 
Robe tee-shirt American Vintage, ceinture et collants H&M, sandales Prada, pochette Ted Lapidus Vintage

 

Ok, c’est simple.

Ok, c’est très peu travaillé.

Ok, je ne monterai pas les marches à Cannes avec cette tenue (je ne monterai pas les marches à Cannes de toute façon!) mais ça me plaît.

Et cette robe tee shirt basique se transforme en petite robe sympa tout à fait portable au quotidien.

 

Alors, des adeptes du « boostage » de basique? 

 

 

- Marant* ou pas? Je chèche encore

 

Oui, un jeu de mot cher à Galliane, qui ne pouvait pas mieux tomber, dans mon cas précis.

 

Je plante le décor.

 

Il y a quelques semaines, une petite visite chez mon Isabel préférée, ma Marie sous le bras avec une idée en tête: investir dans la robe keffieh qui me titillait la libido fashion depuis moultes temps.

Arrivées sur place, nous la trouvons sans mal.

En bleu, en plus.

 

Taille 0, elle me paraît grande, mais grande! 

C’est pas ça qui va m’arrêter, on a vu bien pire.

 

J’essaye.

 

Ah, oui, quand même, c’est… bizarre.

 

Je sors de la cabine et vois la trombine de ma Marie qui m’a l’air plus que peu convaincue. Voire super pas emballée du tout.

Ca calme. Autant l’avis d’un mec m’importe peu, autant mes copines…

 

Bref, j’essaye un top à la place. Marie valide. J’hésite puis je l’embarque tout de même, sans oublier un petit sautoir en turquoise, sait-on jamais…

 

Et puis je rentre avec le top chez moi et… je l’oublie.

 

Enfin pas vraiment, je sais qu’il est là mais je n’éprouve pas l’envie de le porter. 

 

Alors il est resté plié avec les autres bien sagement pendant plusieurs semaines.  En attendant son tour qui devait finir par arriver…. hier.

 

Quelques essayages et puis voilà le résultat.

 

 

 

 

Vous, en pensez-quoi, vous, de ce top?

Plutôt Marant* ou franchement pas si drôle?