- Balenciagaddicted

balenciagaddicted.jpg

Quels sont les it-bags de la saison?

 

Et si je vous avouais que je n’en ai pas la moindre idée?

 

J‘ai certainement croisé l’un ou l’autre nouveau joujou/doudou des « porte-sacs du show-biz », j’ai nommé les it-girls et autres starlettes Hollywoodiennes, c’est certain.

 

Je suis comme la plupart d’entre-vous, je ne dis jamais non quand il s’agit de savoir qui porte quoi.

 

Mais le fait que la plupart d’entre-elles reçoivent les nouveautés uniquement pour les montrer aux clientes potentielles que nous sommes toutes et se transformer ainsi en page de pub ambulante m’enlève partiellement la jalousie que je pourrais éventuellement éprouver en les voyant avec leur it-graal.

 

J’ai donc aperçu les soit-disant « must-have que si tu les a pas t’es trop pas trendy » mais aucun, je dis bien aucun ne m’a particulièrement donné envie d’investir.

 

Le prix dément de ces sacs combiné à leur durée de hypitude de plus en plus courte n’est qu’un élément de plus en leur défaveur.

 

Moi, si j’investis, j’opterais plutôt pour un sac qui me donne toujours envie de le porter, même après des mois, voire des années.

 

C’est le cas de mon Day de Balenciaga, acheté en janvier dernier et porté tous les jours ou presque depuis, malgré les dizaines d’autres qui peuplent ma malle à sacs.

 

J’ai une vraie passion pour les modèles que l’on pourrait qualifier de « classiques » de chez Balenciaga.

 

Depuis leur apparition il y a quelques années et mon premier arrêt cardiaque en découvrant le « Motorcycle », son nom de l’époque, je n’ai jamais cessé de lorgner sur ses différentes déclinaisons, en particulier les modèles City et Work, toujours plus attirée par les grandes contenances.

 

city navy.jpeg
Balenciaga City, couleur navy
work charcoal grey.jpg
Balenciaga Work, couleur charcoal grey

 

Je pensais que grâce au Day que j’adore, je passerais à autre chose.

 

Je croyais naïvement qu’au moment de le laisser respirer afin de ne pas le défoncer définitivement (je ne suis pas une tendre, même avec ce (ceux?) que j’aime) je réussirais à changer de cap et aller voir ailleurs si j’y suis avec un autre modèle plus… actuel?

 

Perdu.

 

Toujours et encore bloquée en mode Punky B, plus que jamais synonyme de Balenciaga.

 

Maintenant, reste à choisir qui de vous 2, mes chers City et Work, sortira vainqueur de ce duel au sommet et pendra négligemment à mon bras pendant les 10 prochaines années.

 

Le budget? Quel budget?

 

Je ne vois vraiment pas de quoi vous voulez parler…

 

 

Quoi qu’il en soit, on peut rêver… ou se faire un petit braquage de BNP.

 

Ah non, les caisses, même d’Epargne, sont vides, j’avais presque oublié…

 

 

Merci à ma chère Angéline et son illustration que j’adore, réalisée spécialement pour cet article!

- Louise’s jewels

louise3.jpg

 

Un petit tour des blogs et rien, rien, rien sur Louise Hendricks?

 

A peine un petit blog-it express chez Marie qui vous annonce la vente sur Chic Dressing d’une de mes créatrices de bijoux préférées, je fais donc les choses en plus grand, pour que vous ne ratiez pas le coche vous non plus.

 

Louise fait de très jolies pièces au style plutôt bohème but chic, des bijoux sobres mais avec toujours le petit détail qui fait qu’on craque, des pierres semi-précieuses, du bronze, du laiton doré

 

Bref, des bijoux qui me plaisent énormément, moi qui ne suis pourtant pas une femme à bijoux, je fais en général dans le minimalisme, voire l’absence presque totale d’ornements, ma paresse m’entraînant toujours irrémédiablement sur la pente du less is more.

 

J’ai déjà craqué sur le sautoir que vous pouvez voir en ouverture de ce billet, mon blocage actuel sur le violet m’a naturellement menée vers les améthystes de ce collier.

 

Voici d’autres petites mignonneries que je vais tenter de NE PAS commander…

Good luck to me…

 

louise1.jpg
Boucles d’oreilles Babylone, Agate et Améthyste, 42€ au lieu de 63
louise2.jpg
Bracelet Babylone Agate noire et bronze, 42€ au lieu de 63

 

Pour celles qui veulent un parrainage, comme d’habitude, vous m’envoyez un email et je vous inscris illico (geraldinegrisey@gmail.com).

 

Pour celles qui veulent commander et zapper les frais de port (c’est toujours agréable) un code à saisir: punkyb5

 

Pour celles qui veulent qu’on parle de chose ultra sérieuses et déterminantes (de sacs, encore) c’est ici même et c’est demain!

- Mon premier « it bag »

tanns7.jpg

Vous pensiez que j’allais dégaîner un 2.55, un Muse 2 ou encore plus fou (et loin de mes goûts) un Kelly?

 

Que nenni!

 

Votre Punky, lors d’un passage chez son papa et sa maman a retrouvé son premier sac adoré, son it-bag de cours de récré, j’ai nommé le petit Tann’s à bandoulière!

 

tanns6.jpg

 

Ah, je vois déjà l’air perdu des plus jeunes d’entre vous: « c’est quoi ce Tann’s de l’ère glaciaire? Je la connais pas cette marque de mémère « , ok, ok, quand je portais mon premier « it sac », certaines d’entre-vous portaient plutôt des couches Pampers.

 

Mais quel plaisir, croyez-moi sur parole, de retrouver ce petit morceau de cuir qui m’avait fait vivre mes premiers émois de fille à sacs!

 

Vous n’imaginez pas comme j’étais fière de me trimballer mon petit Tann’s en daim bleu et cuir naturel, je me sentais… grande!

Tout simplement!

 

C’est d’ailleurs toujours la sensation qu’on éprouve lorsqu’on a trouvé le sac qui nous plaît et nous ressemble non?

Cette petite pointe de fierté, marque indéniable de notre satisfaction, cette confiance (pourtant complètement injustifiée) qu’on ressent lorsqu’on arbore LE sac, THE it-bag?

Mais si, mais si…

 

 

Ne me dites pas que vous n’avez pas eu d’expériences similaires avec votre premier « vrai » sac, le very first qui a compté dans votre vie de fillette future bagoholic comme nous le sommes toutes devenues?

 

J’avais envie de partager cette madeleine avec vous en cette veille ou quasi de nouvelle adoption de sac justement (je vous en reparle demain).

 

Vous verrez que finalement, rien ne remplace un bon vieux classique et que le « it bag » en ce qui me concerne est bel et bien un concept plus que out.

 

Promis, je développe ma théorie sur le sujet demain.

 

Je vous laisse avec vos souvenirs de premiers émois bag-esques…