- Ca t’aMUSE?

 

Pourquoi est-ce que ce satané visuel me fait un tel effet?

Pourquoi une veste bleue, un pantalon blanc immaculé, une Kate frangée et un sac porté à la saillie du bras me font littéralement perdre tout sens commun? 

 

Pourtant, je ne suis pas de celles et ceux qui s’enflamment pour les publicités, si réussies soient-elles, que l’ont croise et recroise dans les magazines.

 

En général, soit j’y jette un oeil furtif si c’est la première fois que je les vois, soit je ne les regarde même plus.

 

En gros, je ne suis pas une bonne éponge à publicité, loin de là.

 

Mais cette photo est aussi électrisante que le bleu de la veste, elle me prive de toute mon objectivité et de tout mon pseudo sens critique.

Quand je suis devant cette photo, j’ai envie de peser 45 kilos, de me refaire une lourde frange et, surtout, je VEUX ce sac.

 

 

Et oui, nous voilà au coeur du problème.

Car j’ai beau me raisonner, me dire qu’il coûte l’ensemble des bras de toute ma famille réunie, ce sac est le seul qui me fasse véritablement rêver en ce moment.

 

Le souci avec lui, est qu’il ne pourra pas être remplacé par un placebo.

Certaines pièces sont trop fortes pour supporter d’être oubliées au bénéfice d’un quelconque simulacre, d’une cheaperie chez nos espagnols ou suédois préférés.

 

Alors voilà, je me meurs devant cette splendeur.

Le pire est que je ne saurais même pas quelle version choisir, tellement elles me plaisent toutes.

 

 

En même temps, la question se pose-t-elle vraiment? 

Non, hein… 

 

Allez, laissez-moi rêver (divaguer?) en paix. 

Promis, demain, on revient à la réalité. 

 

Sac Muse Two, Yves Saint Laurent, what else? 

- Blue monday

 
 

Si le « navy » a toujours fait partie de ma vie, le bleu et moi ça n’était pas franchement l’entente cordiale.

Le blue jean, oui, le blue tout court, pas spécialement non.

 

Et puis, je ne sais pas, est-ce que les bureaux de style et les créateurs nous influencent à ce point?

Toujours est-il que je plonge avec bonheur dans la vague bleue, de plus en plus facilement, sans heurt ni bleus à l’âme. 

 

Mon dernier méfait en date: mon fameux week end Anversois, dans la boutique vintage dans laquelle j’avais déjà fauté, Jutka & Risk.

Je passe en revue avec soin l’intégralité des vêtements de la boutique, une seule pièce me saute littéralement aux yeux, cette blouse en soie bleue dont la qualité et la coupe n’ont strictement rien à envier aux créateurs actuels.

 

Parfaitement à ma taille, je l’embarque ainsi qu’un petit sac à chaînette ultra pâtiné.

Les 2 me donnent déjà l’impression d’avoir été faits pour être portés ensemble. 

 

Point de premier degré, il est extrêmement facile de tomber dans un look mémère au possible avec une blouse en soie et un sac à chaînettes.

 

L’idée est justement de casser le côté un peu trop « coincé » des 2 pièces en les associant à un jean large, un collier mi chic mi rock et une paire de sandales vernies à plateaux aussi vertigineuses que confortables.

 

Un peu de vrai rouge sur les ongles et les lèvres et l’équilibre chic/décontracté est parfaitement respecté.

 

 

 

Top vintage, jean large Uniqlo, collier Les Bijoux de Sophie, chaussures Topshop, sac vintage

 

 

Décidément, le vintage est plus que jamais au goût du jour. 

Il est présent quasi systématiquement dans mes tenues les plus réussie.

Et au prix que coûtent ces pièces quasi uniques, on aurait drôlement tort de s’en priver, non?

 

 

- Merci Madame

 

Comme vous l’avez certainement déjà vu chez mes copines, Le Figaro Madame consacre un article très sympa sur les blogueuses mode et ce que pensent d’elles certains créateurs.

 

Je ne vais pas en rajouter des tonnes, ceci est déjà très bien relaté chez Alix et Géraldine, mais je voudrais juste partager avec vous ma joie d’avoir pu participer à ce shooting pro, entourée de blogueuses que j’aime beaucoup (Garance, Galliane, Alix et Géraldine) et d’une équipe de coiffeurs, maquilleuses, styliste et journaliste tous plus adorables les uns que les autres et aux petits soins pour chacune d’entre-nous.

 

Merci mille fois à toute l’équipe (très bien photographiée chez Géraldine d’ailleurs, allez jeter un oeil si ce n’est déjà fait, la photo est superbe) et merci à Heimstone et son bureau de presse Catherine Miran d’avoir accepté de me prêter cette robe dont je suis absolument dingue….Il a été très très très dur de la retirer à la fin du shooting, c’est moi qui vous le dis…

 

Je me permets d’ajouter une photo prise par Alix (allez voir chez elle les photos de backstage), qui permet de voir d’un peu plus près la robe Heimstone (ainsi que mon incroyable moutonnade sur la tête).

 

 

Bienvenue aux nouvelles lectrices (nouveaux lecteurs aussi, pourquoi pas) du Figaro Madame!