- Help! I need some booties, Help! Not just any booties, Help!

C’est lundi, it’s monday, it’s Bootie Day!

Mon dilemne lundien? Un choix cornélien entre 2 paires de « shoe boots » plutôt bien.

Toutes les 2 vernies, toutes les 2 noires, toutes les 2 plutôt vertigineusement talonnées, toutes les 2 lacées, toutes les 2 shoes bootsées (vous savez ces chaussures qui vous enveloppent complètement le pied jusqu’à la naissance de la cheville?), toutes les 2 ont ce petit truc en plus qui fait que je suis incapable de me décider.

Bonne poire, j’ai décidé de vous les livrer en pâture et, quitte à ramener sa fraise, autant que ça me serve à me décider.

Alors, la shoe boot number one, portée (ou presque) par la jolie Sienna dont je ne me lasse pas?

shoeboots1.jpg

sienna.jpg

shoeboots6.jpg

Ou la shoe boot number two, richelieusée à souhait, plus classique mais peut être plus facile à porter?

shoesboots2.jpg

shoesboots3.jpg

shoeboots5.jpg

Alors les filles (ou les garçon, faut pas pousser!) des idées?

- Un « naufrage » salvateur

virginie2.jpg
« Cast away » signifie « naufragé », en anglais, m’explique Virginie Neumann, la créatrice de la toute jeune griffe Virginie Castaway.

Pourquoi un nom tel que celui-ci?

Peut être parce que Virginie décide en 2005 de tout quitter, parents et amis, un Paris un peu trop gris et de poser ses valises en Australie le temps d’une année.

Un doux naufrage que celui de la jeune femme qui rapidement sent naître l’envie de créer, enfouie en elle depuis longtemps, qui avait certainement besoin de la chaleur du soleil australien pour pointer le bout de son nez.

Quelques prototypes plus tard, elle rentre sur Paris et continue la création de vêtements, toujours inspirée par son expérience inoubliable australienne.

Ses premières collections font la part belle au travail de la maille (le tricoté main, les mélanges cachemire et soie, les fils poilus…), mais elle m’explique que cela tend à s’équilibrer.

En voilà pour preuve et en exclu rien que pour mes lectrices (et lecteurs, n’est ce pas Youri), quelques visuels plutôt prometteurs et séduisants de sa collection printemps/été 2008.

De la fraîcheur, de la sensualité mélangée à une certaine candeur, un esprit vintage revisité, un petit côté fin 70 début 80 qui n’est vraiment pas pour me déplaire.

Des couleurs pastels « pepsisées » par des touches de bleu électrique, de corail, un peu de liberty.

De la mi-botte portée jambe nue ou sur de longues chaussettes overknees, du très court mais ample, du sarouel oversize, un « sexy soooo fresh » qui me donne envie d’été, là, tout de suite… alors que l’hiver n’a pas encore donné ses premiers coups de dents.
Un moment très agréable que cette interview de Virginie, lors de ma journée rencontre avec les créateurs organisée par Fruit Rouge.

Je vous laisse avec quelques visuels de sa prochaine collection.
Enjoy!

image-20.jpg

virg1.jpg

image-19.jpg

image-23.jpg

image-24.jpg

image-22.jpg

image-25.jpg

Photo 1 (Virginie Neumann): 52drive/David Laurent

- My personal COSer

img_1142.jpg

Suite à mon premier shopping « personnalisé », je pensais que ma cliente attendrait un peu avant de me reprogrammer une session d’achats.

D’ailleurs, elle aussi, pensait attendre un peu.

Un petit mois, tout au plus, mais un petit mois tout de même!

Et puis, innocemment, je lui annonce que je vais passer une journée à Bruxelles avec mes amis.

Bruxelles: ses frites, ses fripes et… COS, of course!

Bizarrement, par un phénomène que je ne m’explique pas, ma cliente se mue en furie et m’implore d’aller lui faire un shopping chez COS.

Bizarrement, j’accepte.

Budget riquiqui à nouveau?

Challenge accepted?

Challenge accepted!

Et me voilà repartie, le radar à jolies pièces déployé au maximum, dans mon temple de la sobriété préféré.

A peine arrivée, je repère immédiatement qu’en à peine 15 jours depuis mon dernier raid COSien, la boutique a rentré un grand nombre de nouveaux modèles.

Une phrase tourne en boucle dans ma tête « Tu shoppes pour Madame B, tu shoppes pour Madame B… ».

C’est ça ou j’explose mon budget annuel de fringues tellement je suis de plus en plus conquise par l’enseigne suédoise.

Résultat: j’ai même du mal à choisir pour ma cliente!

Il y a tellement de pièces magnifiques, bien coupées, bien pensées, détournables et adaptables à tellement de looks différents que je me fais violence pour choisir 3 pièces qui font pile le montant imposé de mon personal shopping.

Voilà quelques looks imaginés à partir des nouvelles pièces de ma cliente:

img_1065.jpg

img_1068.jpg

img_1072.jpg

Top COS (très Vanessa Bruno), mini jupe et bottes Zara, collants H&M, collier Catherine Tisserant

img_1092.jpg

Même tenue + Gilet COS, ceinture fauve H&M

img_1105.jpg

Top COS, mini Zara, sac ZIN, collier Catherine Tisserant

img_1130.jpg

img_1134.jpg

Non, vous ne rêvez pas, je porte un jean droit! Jean LTB, top+gilet COS (issus du shopping), ceinture H&M, bottes vintage, sac 72h Antik Batik (que j’aime d’amour, est-ce la peine de préciser?)

img_1155.jpg

Jean LTB, top COS, bottes vintage, pochette Zara, collier Catherine Tisserant