- Connemara de Nicolas Mathieu

Il était temps que je me remette à vous parler lecture car je suis enfin sur une bonne lancée. Et même si je ne carbure pas autant qu’en vacances (4 livres en 2 semaines et demi), j’ai quand même systématiquement un livre en cours que j’attrape dès que j’en ai l’occasion.

Et donc, des livres à partager avec vous!

Le premier livre que j’ai lu en vacances, c’est Connemara de Nicolas Mathieu. Je l’avais acheté le jour de sa sortie, en bonne fanatique du Vosgien Goncourt-ifié mais n’avais pas eu le temps de m’y plonger pour de bon.

J’avais commencé par me raisonner: « tu ne vas quand même pas embarquer un grand format dans tes bagages, tu as suffisamment de livres Poches dans ta PAL* il me semble! »

J’en conviens, oui, effectivement. Mais le pouvoir d’attraction des nouveaux mots de l’homme à lunettes était bien plus incontrôlable qu’un dépassement potentiel de poids de valise.

J’ai donc cédé au poids des mots, littéralement.

Grand bien m’en a pris!

Connemara, ça pourrait être l’histoire de l’une de mes copines, Hélène, bientôt 40 ans, née dans une famille plutôt modeste de l’est de la France (d’où le transfert quasi immédiat), qui fait un énorme burn out et rentre au bercail pour mener une vie plus paisible, avec mari et filles sous le bras.

C’est aussi l’histoire de Christophe, originaire de la même petite ville de cette province si bien dépeinte. Ancienne star locale de hockey sur glace qui n’a jamais vraiment bougé et vit toujours un peu comme à 15/16 ans, il vend désormais de la nourriture pour chien, est toujours entouré de son noyau dur de potes auquel s’est simplement greffé un enfant, issu d’une union fraîchement défaite.

Les deux vont (re)vivre une romance, entamée à l’adolescence, bien vite oubliée de part et d’autre, ravivée au gré de ce second souffle que l’on décide de se donner.

Cette histoire, c’est entrevoir ce que « réussir dans la vie » ne permet pas nécessairement d’obtenir. C’est mettre en perspective une existence soit disant réussie, rendue possible grâce à de belles études, de bonnes rencontres, un bon mariage, de beaux enfants, une belle maison.

C’est décider de vivre un peu autrement, même si ça ne dure pas, même si ça n’est pas ce qu’on imaginait pour soi.

C’est privilégier l’expérience, le ressenti, revivre ces moments où le champ des possibles paraissait infiniment grand, sans limite.

C’est être le soi d’avant, en en savourant bien chaque miette car celui-là n’est plus, justement. Nous l’aurons appris parfois à nos dépens.

Hélène c’est peut-être toi, Hélène c’est tout autant moi, à un certain moment de nos vies plus ou moins rangées, plus ou moins réussies, plus ou moins enviables, sur le papier en tout cas.

Christophe c’est peut-être lui, ton ami ou même ton conjoint, qui rêve tout autant d’un destin qu’on pourrait réinventer, remodeler au gré de nos envies parfois pas si passagères.

Connemara, c’est un roman que l’on déguste avec toute la délectation que permettent ces écrits qui font immédiatement écho. Comme un horoscope qui réussirait le tour de force de nous dire exactement ce que l’on veut lire, même si ça n’est pas forcément ni très flatteur ni agréable sur le moment. « Oui, c’est bien ça, c’est tout moi! Typique du Bélier, c’est fou! »

C’est lire un peu sur soi alors qu’on n’est pas du tout dans l’histoire. C’est universel et unique, c’est léger et grave à la fois.

C’est un peu comme cet étendard de Sardou, »Connemara », qu’on décide de lancer immanquablement lors d’une énième fête, d’un mariage ou bal plus ou moins populaire. À la fois ulcérant et galvanisant, fédérateur et clivant, entre ceux qui riront de loin de ceux qui danseront et chanteront comme si leur vie en dépendait! Un bilan plutôt jouissif pour tout le monde, n’est-ce pas?

Voilà pour cette lecture délicieuse, dont j’aurais bien continué la lecture des pages et des pages durant.

Malheureusement, les écrits de monsieur Mathieu ne sont pas (encore) des épisodes de séries Netflix qu’on peut enchaîner les uns après les autres, sans raison garder. Il faudra donc attendre pour mieux le retrouver. Un peu comme les protagonistes de ce très beau roman, c’est vrai.

Connemara de Nicolas Mathieu aux éditions Actes Sud

*PAL: pile à lire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *